bonde


bonde

bonde [ bɔ̃d ] n. f.
• 1347; « borne » 1269; gaul. °bunda
1Ouverture de fond, destinée à vider l'eau (d'un étang, d'un réservoir, d'un évier, d'une baignoire). Par ext. Système de fermeture de la bonde. Lâcher, lever, hausser la bonde, l'ouvrir pour faire écouler l'eau. — Fig. « je lâchai la bonde à mes larmes » (Rousseau).
2Trou pratiqué dans une douve de tonneau, pour le remplir ou le vider. Remplir un tonneau jusqu'à la bonde. Par ext. Pièce de bois permettant d'obturer ce trou. bondon, bouchon, tampon. Faire sauter la bonde. débonder.

bonde nom féminin (peut-être gaulois bunda) Ouverture à la partie basse d'un étang ; tampon bouchant cette ouverture. Trou rond pratiqué dans un tonneau, un fût de bière métallique. Élément servant à boucher éviers, lavabos, baignoires et bidets.

bonde
n. f.
d1./d Ouverture par laquelle s'écoule l'eau d'un étang, d'un réservoir.
Pièce qui obture cet orifice. Hausser, lâcher la bonde.
d2./d Trou fait à un tonneau pour le remplir et le vider; le bouchon en bois qui le bouche.

⇒BONDE, subst. fém.
A.— TECHNOLOGIE
1. Ouverture à la partie basse d'un étang, d'un réservoir par où l'eau s'écoule quand on retire la pièce de bois qui la bouche.
P. métaph. Les bondes du ciel sont ouvertes :
1. Nous ne démouillons pas et le nuage qui nous enveloppe se fond sans s'épuiser. Il fait noir comme dans un four et les bondes du ciel semblent ouvertes.
AMIEL, Journal intime, 1866, p. 395.
2. P. méton. Pièce de bois utilisée pour la fermeture de la bonde. Lâcher, lever, hausser la bonde :
2. Et vous avez touché vers un ancien barrage,
Du temps qu'il était plein des eaux tumultueuses.
C'était un vieil étang tout plein de scabieuses,
Un manteau tout drapé des fleurs du premier âge.
Et les ondes coulaient dessus le déversoir
Et par dessus l'écluse et par dessus la bonde.
PÉGUY, Ève, Les Tapisseries, 1913, p. 788.
P. métaph. Lever, lâcher les bondes de. Ne plus opposer d'obstacle à. Je lâchai la bonde à toutes les vérités qui m'étouffaient (ABOUT, Le Roi des montagnes, 1857, p. 233) :
3. Il avait mis à l'air une robe de Mme Duveyrier, qu'il décrottait, et il la retrouvait éclaboussée de bouillon aigre. Alors, les bonnes, du haut en bas, parurent aux fenêtres, se disculpèrent violemment. La bonde était levée, un flot de mots abominables dégorgeait du cloaque.
ZOLA, Pot-Bouille, 1882, p. 384.
Spéc. Bonde siphoïde. Fermeture hydraulique employée pour les éviers qui ne sont pas siphonés.
B.— TONNELLERIE. Trou rond pratiqué au milieu d'une douve de tonneau servant à remplir ou à vider celui-ci; p. méton., la pièce de bois qui sert à obturer ce trou :
4. La bouche ouverte, il exhalait cette odeur d'alcool des vieux tonneaux d'eau-de-vie, dont on a enlevé la bonde.
ZOLA, L'Assommoir, 1877, p. 527.
5. À l'extrême bord du trottoir, plusieurs tonneaux coupés en deux, juste au milieu de la bonde, abritaient un fusain en chacune de leurs moitiés, constituant, comme leurs homologues, les tonnelles de banlieue, une retraite d'intimité avinée, un coin de campagne pour buveurs.
MALÈGUE, Augustin, t. 2, 1933, p. 239.
Bonde hydraulique ou mécanique. Système de fermeture qui permet au gaz carbonique produit par un liquide en fermentation de s'échapper sans entrée d'air.
Prononc. :[]. Étymol. et Hist. 1. 1332 « bouchon de tonneau » (DELISLE, Actes norm., p. 40 dans IGLF Techn.); 1347 bonde d'un étang (LONGNON, Doc. relatifs au comté de Champagne et de Brie, t. 2, p. 450, ibid.); 2. 1880 « bondon, fromage de Neufchâtel [Seine-Maritime] » (d'apr. ESN.); d'où 1872 arg. « maison centrale », le bondon étant le fromage réglementaire dans les prisons (Ibid.). Orig. obsc. L'hyp. généralement reçue est celle d'un étymon gaul. bunda, fém. de bundos, base bien attestée dans la topon. de l'Italie du Nord et de la Suisse romande (JUD, Les noms des poissons du lac Léman dans Bull. du Glossaire des patois de la Suisse romande, t. 11, 1912, pp. 19-20) et à laquelle correspondent le m. irl. bond, bonn « plante du pied, base, support », le cymrique bond « fond » qui semblent se rattacher à l'i.-e. bhundhos « sol » (IEW t. 1, p. 174; v. aussi DOTTIN, p. 235), cf. aussi le prov. mod. bondo « terrain marécageux » (MISTRAL); l'évolution sém. de « base, sol » à « bouchon de tonneau, ouverture d'un étang » s'expliquerait par le fait que les bondes sont situées à la partie intérieure de ce qu'elles obturent. — L'hyp. d'un étymon germ. (a. h. all., m. h. all. bunde, DIEZ5, p. 528; REW3, n° 1394) est peu vraisemblable étant donné que la terminol. vinicole a, au contraire, été en grande partie fournie par le lat. aux peuples germ. (v. les exemples fournis par Jud dans Arch. St. n. Spr., t. 127, 1911, p. 435), et paraît peu compatible avec la localisation du mot dans l'aire germ. (dial. de Suisse alémanique et souabe, alsacien), où un empr. aux lang. rom. est plus vraisemblable (JUD, loc. cit., pp. 435-436). Fréq. abs. littér. :66.
BBG. — ROMMEL (A.). Die Entstehung des klassischen französischen Gartens im Spiegel der Sprache. Berlin, 1954, p. 173, 184. — SAIN. Lang. par. 1920, p. 215. — SAIN. Sources t. 1 1972 [1925], p. 125; t. 2 1972 [1925], p. 15, 294.

bonde [bɔ̃d] n. f.
ÉTYM. 1347; « borne », 1269; « bouchon de tonneau », 1332; p.-ê. d'un gaul. bunda (cf. moy. irlandais Bonn « plante du pied, base » et provençal bondon « terrain marécageux ») ou (Guiraud) d'un lat. pop. bombita, de la famille de rebondi.
1 Techn. Ouverture de fond, destinée à vider l'eau (d'un étang, d'un réservoir).Par ext. Système de fermeture de la bonde. Empellement, tampon, vanne. || La bonde d'un vivier. || Bonde automatique, réglée pour maintenir constant le niveau de l'eau. || Lâcher, lever, hausser la bonde, l'ouvrir pour faire écouler l'eau.
Loc. Fig. et vieilli. Lâcher la bonde à ses larmes, à sa colère, donner libre cours, s'abandonner.
1 (…) l'impossibilité de tenir mon cœur fermé dans ses grandes peines, me firent ouvrir à lui (Lutold); je lâchai la bonde à mes larmes (…)
Rousseau, les Confessions, IV.
Mod. Ouverture inférieure (d'un évier, d'un lavabo, d'une baignoire); système qui l'obture à volonté ( Rondelle).
2 Trou pratiqué dans une douve de tonneau, pour le remplir ou le vider; pièce de bois, généralement de forme tronconique, permettant d'obturer ce trou. Bondon (cit.), bouchon, tampon. || Remplir un tonneau jusqu'à la bonde. Bonder. || Enlever la bonde. Débonder; tire-bonde. || Ils « puchaient (cit.) dans la cuve, surveillaient les bondes … » (Flaubert).
2 Et ça s'est débouché tout d'un coup, ça a coulé, clair, puis épais, puis clair encore, la lie et le vin mélangés, comme si la bonde avait sauté d'un tonneau oublié.
Giono, Colline, p. 110-111.
Bonde hydraulique ou mécanique, garnissant un tonneau rempli de liquide en fermentation, permettant au gaz carbonique de s'échapper sans laisser entrer l'air.
DÉR. Bonder, bondon.
COMP. Débonder, tire-bonde.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • bondé — bonde [ bɔ̃d ] n. f. • 1347; « borne » 1269; gaul. °bunda 1 ♦ Ouverture de fond, destinée à vider l eau (d un étang, d un réservoir, d un évier, d une baignoire). Par ext. Système de fermeture de la bonde. Lâcher, lever, hausser la bonde, l… …   Encyclopédie Universelle

  • Bonde — ist der Familienname folgender Personen: Alexander Bonde (* 1975), deutscher Politiker (Grüne) Carl Bonde (1872–1957), schwedischer Dressurreiter Cecil von Bonde (1895–1983(?)), südafrikanischer Meeresbiologe Conny Mayer Bonde (* 1972), deutsche… …   Deutsch Wikipedia

  • Bonde — is a Swedish noble family.Prominent members include:* Karl Knutsson Bonde (1408 or 1409 1470), King Charles VIII of Sweden * Gustaf Bonde (1620 1667), Swedish statesman * Alexander Bonde (1975), Member of the German Parliament * Jens Peter Bonde… …   Wikipedia

  • bonde — BONDE. s. f. Pièce de bois, qui étant baissée ou haussée, sert à retenir ou à lâcher l eau d un étang. Lever la bonde. Hausser la bonde. Lâcher la bonde. f♛/b] On dit figurément et familièrement, Lâcher la bonde à ses larmes, à ses plaintes,… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • bonde — BONDE. s. f. Piece d une machine qui sert à retenir ou lascher l eau d un estang. Lever la bonde. hausser la bonde. lascher la bonde. On dit fig. Lascher la bonde aux larmes, aux pleurs, pour dire, Donner liberté à ses larmes, à ses pleurs …   Dictionnaire de l'Académie française

  • Bonde [2] — Bonde, altes schwed. Adelsgeschlecht mit vielen hervorragenden Mitgliedern. Vgl. K. Trolle Bonde, Anteckningar om Bondesläkten (Lund 1895–1900, 7 Bde.). – Erwähnt seien: 1) Karl Knutsson, später König Karl VIII. (s.d.). – 2) Gustaf, Freiherr,… …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • bondé — bondé, ée (bon dé, dée) part. passé. Navire bondé …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Bonde — Bonde(altnord.), in dem alten Skandinavien (u. noch jetzt in Schweden u. Dänemark) ein Freisasse, dem oft weitläufige Ländereien gehörten, auf welchen er freier Herr über die Seinigen u. für dieselben dem Gesetze verantwortlich war. Waren ihre… …   Pierer's Universal-Lexikon

  • Bonde [1] — Bonde, im skandinav. Norden (auch in England und Schleswig) ein Bauer, der seine Güter erb und eigentümlich besitzt, Freibauer, Freisasse …   Meyers Großes Konversations-Lexikon

  • Bonde — Bonde, in Skandinavien ein Bauer, der sein Gut (Bondehufe) mit vollem Eigentumsrecht besitzt …   Kleines Konversations-Lexikon